Un pays fort et libre : David Shentow

David Shentow a commencé une nouvelle vie au Canada après avoir vécu dans un camp de concentration. Ce survivant de l’Holocauste explique ce que le fait d’être Canadien signifie pour lui.

Découvrez comment vous pouvez célébrer le fait d’être Canadien et participer à la Semaine de la citoyenneté, qui est l’occasion de réfléchir à la valeur et à la signification de la citoyenneté.

Un pays fort et libre : David Shentow

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Transcription : « Un pays fort et libre : David Shentow »

Durée de la vidéo : 2:11 minutes

(Montage de mots représentant le Canada)

(Apparition du titre : Notre citoyenneté)

(Apparition du titre : Être Canadien. Ce que cela signifie pour David Shentow)

(Apparition du titre : DAVID SHENTOW (Survivant de l’Holocauste))

(Gros plan de David, qui est assis et s’adresse à la caméra.)

Eh bien, évidemment, survivre à l’Holocauste est en soi toute une histoire. Évidemment, j’ai vécu l’enfer, pour apprendre à mon retour en Belgique après la guerre que j’étais le seul de ma famille entière à avoir survécu.

(Une vieille photographie noir et blanc de l’oncle de David apparaît progressivement aux côtés de David puis s’estompe doucement.)

Mes parents, mes deux sœurs, mes oncles, mes tantes, mon cousin : sur 17 personnes, je suis le seul à avoir survécu. Et bien que la Belgique ait été très bonne pour moi, chaque pierre, chaque maison me rappelait ma vie avant la guerre. Il n’était pas facile pour moi de vivre en Belgique après la guerre à cause des souvenirs extrêmement douloureux que ce pays me rappelait. Puis un jour, mon oncle a appris que j’étais le seul à avoir survécu. Sans lui, je ne serais jamais venu au Canada. Et lorsque finalement je suis venu dans ce pays, ce n’était pas tant une question de fierté.

(Une vieille photographie noir et blanc de David dans sa jeunesse apparaît progressivement à côté de lui puis s’estompe doucement.)

Chacun proclame sa fierté d’être Canadien. Cependant, c’est beaucoup plus que cela. C’est le sentiment très profond d’être finalement arrivé à un endroit où je suis accepté. Pas seulement accepté, mais apprécié, et par la suite tout a commencé à aller mieux, des occasions en or se sont présentées. J’ai bien gagné ma vie, j’ai pu acheter une maison, et je n’ai jamais regardé en arrière.

(Une vieille photographie noir et blanc de David et de son épouse apparaît progressivement à côté de lui puis s’estompe doucement.)

Évidement je suis retourné très souvent en Belgique avec ma femme, en visite. Mais c’était toujours pour moi un soulagement que de revenir au Canada, bien que la Belgique ne soit pas un mauvais pays. Mais le Canada est sans contredit le pays des possibilités en or, un paradis. Oui, même aujourd’hui, j’ai toujours le sentiment que le Canada est un paradis.

(Apparition du mot-symbole de Citoyenneté et Immigration Canada)

(Apparition du mot-symbole du gouvernement du Canada)

 
 
Date de modification :