Devenir bilingue

Des immigrants vous invitent à apprendre ou à perfectionner l’anglais afin de vous permettre d’évoluer dans les deux langues officielles du Canada. Ils parlent de leur expérience et des cours de langues qui sont offerts partout au Canada.

Devenir bilingue

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Transcription : « Devenir bilingue »

Durée de la vidéo : 2:30 minutes

L’arrière-plan constitué d’un ruban rouge, blanc et noir est affiché, puis est remplacé progressivement par une vue du Parlement, à Ottawa, de quelques athlètes courant sur une piste extérieure, puis d’un artiste qui fait face au public. L’arrière-plan rouge, blanc et noir réapparaît pour faire place en fondu à un groupe de personnes dans un bureau, puis réapparaît. Un drapeau canadien fait son apparition sur l’arrière-plan avec la légende suivante : « Vivre en français au Canada. Devenir bilingue. »

On voit le narrateur dans le foyer d’un édifice, en face des marches, avec la légende : « Province : Manitoba. Pays d’origine : France. Fathi Khezzane (directeur général adjoint, Centre culturel franco-manitobain). »

Narrateur : Avant d’émigrer au Canada, cette histoire de langue, ça peut inquiéter un peu. On se pose des questions. On se dit : « Est-ce que je vais y arriver? » Oui, tout le monde y arrive. It’s just a question of time. C’est juste une question de temps. Mais tout le monde y arrive. Pour certains, ça prend six mois. Pour d’autres, ça prend deux ans. Mais ça vaut la peine. It’s worth it.

On voit le narrateur dans le foyer d’un édifice, avec la légende suivante : « Province : Manitoba. Pays d’origine : France. Erwan Bouchaud (chef de projet, Association manitobaine des coopératives). »

Narrateur : En ce qui concerne ce dernier emploi et l’emploi précédent, le bilinguisme était une… était quelque chose d’obligatoire. Donc ce que j’apporte, ça, c’est sûr, c’est justement cette capacité à évoluer dans les deux langues sur le plan professionnel.

Changement de plan ‒ Erwan collabore avec deux collègues de travail dans un bureau, puis retour dans le foyer.

Narrateur : Il faut pas avoir peur de ne pas pouvoir parler anglais, parce qu’il y a tellement d’immigrants que les gens sont habitués déjà à entendre un anglais qui n’est pas correct et il y a vraiment ce côté où on donne la chance à une personne de montrer ce qu’elle est capable de faire.

On voit le narrateur dans le foyer d’un édifice, avec la légende suivante : « Province : Québec. Pays d’origine : Sénégal. Boucar Diouf (biologiste et artiste). »

Narrateur : Dans ce pays qui s’appelle le Canada, les francophones ont réussi quand même un peu difficilement dans certains endroits à survivre, en gardant leur langue sans se fermer. S’ouvrir aux autres… c’est important. Et de plus en plus, beaucoup de jeunes anglophones ont leur langue et décide d’apprendre le français. Ça, c’est important.

On voit le narrateur debout face à la piste des athlètes, avec la légende suivante : « Province : Saskatchewan. Pays d’origine : Cameroun. Guy Gérard Ngako Chabe (enseignant). »

Narrateur : D’une province à l’autre, vous êtes capables, avec des organismes… d’améliorer votre langue.

Changement de scène ‒ Guy bavardant avec quelques athlètes sous un chapiteau.

Narrateur : Quand je suis arrivé en Saskatchewan, il y avait des organismes qui étaient prêts à donner des cours d’anglais pour pouvoir me permettre de mieux peaufiner.

Le narrateur est assis dans une classe, avec la légende : « Province : Manitoba. Pays d’origine : le Mali. Samir Touré (directeur général, Association des étudiants, Collège universitaire de Saint-Boniface). »

Narrateur : Quand on est nouveau arrivant ici, puis qu’on ne parle que le français, il faudrait pas se mettre dans la tête que la langue française est un handicap. Il faut plutôt se mettre dans la tête que nous sommes des êtres humains dotés de capacité d’apprendre et puis de perfectionnement. Donc, il faut à un certain moment accepter le fait qu’on soit francophone et accepter de s’engager dans la voie d’apprendre l’anglais.

La signature visuelle de Citoyenneté et Immigration Canada et le message protégé : « Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par Citoyenneté et Immigration Canada, 2014 » sont affichés suivis du mot–symbole Canada.

Date de modification :